Il vous est possible d’évaluer rapidement votre impôt sur le revenu 2016, grâce aux simulateurs en ligne. Ils sont gratuits et agréables à prendre en main, et tous les contribuables peuvent y accéder. Sous réserve de la sincérité de vos informations, ces programmes informatiques apportent un chiffrage précis suffisamment révélateur de votre impôt.

Les utilitaires de calcul d’impôt, pour déterminer l’impôt sur le revenu 2016

Avec l’internet, les contribuables disposent d’une méthode rapide et facile pour évaluer leurs frais fiscaux. Puisque l’impôt est une charge à laquelle nul citoyen ne peut se soustraire, autant connaître d‘avance le montant des impôts à acquitter. Les simulateurs en ligne se proposent d’offrir une solution fiable et opportune, pour aider les redevables de l’Etat à honorer leurs devoirs. En quelques clics, ils afficheront la valeur de votre impôt 2016 que le fisc va prélever sur vos gains réalisés au titre de l’année précédente.

Ces simulateurs de calcul sont disponibles sur https://www.gouv.fr, le site du gouvernement et sur https://www.service-public.fr, le site officiel de l’administration française.

Des informations sur la situation du foyer : état civil, résidence, dépendance économique…

Ces sites de calcul ont une crédibilité certaine, puisqu’ils ont été mis en place par le ministère des impôts. Le simulateur réclame plusieurs catégories d’informations

  • l’état civil : marié, pacsé, veuf, divorcé ou célibataire.
  • le lieu de résidence : le taux d’imposition applicable est différent si le contribuable habite dans la Métropole ou dans les départements français d’outre-mer
  • l’année de naissance,
  • la demi-part supplémentaire
  • la dépendance économique : si votre foyer héberge des enfants mineurs ou des enfants invalides quel que soit leur âge, ou des enfants adultes qui dépendent de vous économiquement.

Des informations sur la situation financière

Outre la structure démographique du ménage, vous êtes tenus de communiquer toutes les informations utiles sur vos finances. La fiche insiste sur les points suivants :

  • Les activités génératrices de revenu : paye, droits d’auteur, avantages en nature, indemnités journalières…
  • Les pensions perçues : pension de retraite, pension d’invalidité, pension alimentaire pour les divorcés, les rentes viagères à titre onéreux
  • Les gains provenant des valeurs mobilières : les produits d’assurance-vie, les revenus des titres et des placements
  • Les profits réalisés au titre d’une cession de valeurs mobilières
  • Les revenus fonciers et les revenus exceptionnels
  • Les charges déductibles
  • Le montant des épargnes : retraite PERP et produits associés (PREFON, COREM et C.G.O.S)
  • Les réductions et crédits d’impôts : les dons aux organismes sociaux entraînent un abaissement des charges fiscales.