L’investissement dans le foncier viticole peut être considéré comme un placement sur le long terme. Cela permet aux particuliers et aux professionnels de se constituer et diversifier leurs patrimoines. Vous n’avez pas besoin d’être une personne fortunée pour pouvoir investir dans ce domaine. En outre, il est possible de confier l’exploitation du vignoble à un viticulteur spécialisé. Mais quelles sont les étapes à suivre pour réussir son projet dans le secteur viticole ?

Investir dans le vin : opter pour les fonds d’investissement spécialisés

Afin de réussir votre investissement dans le vin, vous pouvez procéder à la souscription des parts de gfv ou des fonds d’investissement dans le viticole. Dans ce sens, c’est au groupement foncier viticole de gérer le choix et les transactions des vins. Vous pouvez en effet voir vos produits s’apprécier au fil du temps. Un professionnel en œnologie décide des ventes et des achats selon les tendances des grands crus.

L’investissement dans un groupement foncier viticole indique un placement dans un bien palpable ou une part de vignoble d’appellation origine contrôlée. Pour l’investisseur, cette option présente des avantages extrêmement sécurisants. Les vins sont produits dans les vignobles. De même, le viticole résiste aux crises économiques. Enfin, les meilleurs breuvages ne cessent de séduire les investisseurs du monde entier.

Investir dans le vin : quels vignobles et cépages faut-il acheter ?

Au lieu de tenter de trouver de nombreuses bouteilles, vous pouvez opter pour les bons millésimes et le nom. Les grands crus bourguignons et bordelais peuvent convenir à vos attentes. De ce fait, les appellations de qualité rassurent souvent de plus en plus d’investisseurs. La production change tous les ans. En raison des prix faramineux des premiers grands crus, il serait souhaitable de vous orienter vers le placement dans un groupement foncier viticole et trouver d’autres produits. Dans cette optique, fixez votre choix sur le Bordeaux. Celui-ci demeure une valeur sûre et très facile à revendre. Pour les connaisseurs, ils peuvent se tourner vers la vallée du Rhône ou de la Bourgogne. La consultation des guides spécifiques en ligne peut également vous guider dans votre choix.

Il faut quand même faire attention du fait que l’investissement dans le vin signifie que vous ferez de votre cave un placement financier. À cet égard, vous êtes tenu de respecter les règlements de diversification en matière de millésimes et de provenance géographique.

Penser à l’approvisionnement en bouteilles

Investir dans le vin signifie que vous allez devoir vous approvisionner notamment en bouteilles. Dans cette optique, les primeurs vous permettent d’effectuer de bonnes affaires en acquérant au vigneron juste après la saison de la récolte. Cette étape peut se réaliser durant la vinification du vin. En ce qui concerne la livraison, elle se fait à un jour ultérieur. Vous avez également la possibilité de vous en procurer chez le caviste ou le producteur en fonction du temps dont vous disposez, de votre mobilité et de votre lieu de résidence.

Les ventes aux enchères représentent une autre alternative idéale et efficace pour s’approvisionner. Les coûts des produits y sont souvent plus bas par rapport à ceux des circuits de distribution traditionnels. Si vous êtes à la recherche d’une option plus pratique et intéressante, vous pouvez consulter les sites d’enchères numériques. Il est ordinaire d’y dénicher de bons millésimes de qualité qui pourrait vous rapporter d’énormes bénéfices.

En faisant votre achat chez des particuliers, veillez à obtenir des bouteilles qui ont été gardées dans les meilleures conditions. Pour ne pas vous tromper dans votre choix, il est vivement conseillé de miser sur des caisses aux bouteilles. Cette solution présente moins de risques de contrefaçon. De plus, certaines caisses comme celles de six unités sont faciles à revendre à la différence des bouteilles à l’unité.