Le psoriasis en goutte se définit comme une dispersion de minuscules gouttes de psoriasis sur toute la partie corporelle humaine (notamment dans l’avant-bras, dans le bas du dos ou dans le bas ventre ou dans le pavillon de l’oreille ou dans le tour de poitrine, etc.). Autrement dit, il s’agit d’une infection cutanée présentée sous forme de démangeaisons fréquentes et irritantes, des taches rouges peu épaisses, de l’infection intestinale périodique, du syndrome métabolique à la suite d’un surpoids, du diabète, de la dysplidemie et bien d’autres.

Les causes fréquentes du psoriasis en goutte

En général, le psoriasis en goutte provient de nombreux facteurs : les anomalies de l’épiderme, les effets secondaires issus des médicaments antérieurs, les facteurs génétiques, les facteurs environnementaux infectieux, les facteurs psychophysiologiques, les facteurs polygéniques, l’hérédité…

En premier lieu, les facteurs génétiques déclenchants le psoriasis en goutte sont : la présence de leucocytes au niveau du derme, le Psors 1, le gène Card14, le gène IL-36Ra, les rétrovirus endogènes, les mutations de novo, les rétrovirus endogènes et les 16 gènes. En effet, le Psors 1 est une fraction d’ADN placée sur le chromosome… En second lieu, il existe d’autres facteurs d’influences (endogènes ou exogènes) non négligeables augmentant les symptômes du psoriasis. En effet, ceux-ci peuvent provenir : des anomalies primaires épidermiques, du choc affectif ou émotionnel, de l’iatrogènese, des infections streptococciques, des kératinocytes psoriasiques, de la microbiologie, du stress, des substances toxiques, du trouble hormonal durant la grossesse et les autres sources alimentaires.

Les différents effets du psoriasis en goutte non traités à temps

De prime abord, le psoriasis en goutte peut affecter les articulations, les muqueuses, la peau, les phanères et le système cardiovasculaire. Ensuite, sur le plan cardiovasculaire, les patients atteints de cette maladie risquent de rencontrer un infarctus du myocarde. Ce qui peut également causer une mortalité cardiovasculaire et un rétrécissement aortique. Puis, ils peuvent également être atteints d’une insuffisance rénale accrue. Aussi, ils seront sensibles à la douleur articulaire et à un trouble du métabolisme lipidique. En outre, sur le plan psychosocial, les démangeaisons fréquentes et intenses peuvent causer du handicap aux patients atteints du psoriasis en gouttes. Par ailleurs, sur le plan sexuel, lorsque celui-ci s’étend sur la partie génitale, la pratique sexuelle devient douloureuse et délicate…

Différence entre le psoriasis en goutte et les autres types de psoriasis

Il existe différents types de psoriasis qui peut frapper un patient mineur ou un patient majeur âgé de 30 ans au maximum. Notamment, l’arthrite psoriasique, le psoriasis inversé ou des plis, le psoriasis en plaques, le psoriasis pustuleux généralisé, le psoriasis pustuleux localisé, le psoriasis erythrodermique, le psoriasis des muqueuses, le psoriasis de l’ongle, le psoriasis hyperkératosique, le psoriasis des langes, le psoriasis du nourrisson, le psoriasis blaschko-linéaire, le sebopsoriasis et le psoriasis en gouttes.

En effet, le psoriasis en plaques, également désigné grandes squames se caractérise par une lésion rouge, irritante, infiltrée et squameuse. Ensuite, le psoriasis pustuleux localisé se caractérise par la présence de pustules amicrobiennes, blanches ou jaunâtres, enchâssées dans l’épiderme plat. Puis, le psoriasis pustuleux généralisé peut induire au pronostic vital. Aussi, le psoriasis inversé ou des plis (grand ou petit) se présente sous forme de plaque rouge vif brillante, lisse et peu squameuse. Par la suite, le psoriasis érythrodermique est une atteinte du système tégumentaire humide, œdémateux, rouge et couvert de fines squames. De plus, le psoriasis de l’ongle se confond souvent avec la mycose. En outre, le psoriasis Blaschko-linéaire est un modèle mosaïque et se révèle souvent après un traitement médical. Par ailleurs, le psoriasis des muqueuses peut toucher la muqueuse vaginale.

Enfin, le psoriasis en goutte est une dispersion en petites gouttes sur toute la partie corporelle humaine. Celui-ci ne présente aucune plaque, mais des gouttes de petite taille blanchie et irritante. En général, les gouttes en question sont visibles dans le bas du dos ou le bas ventre ou les cheveux ou le tour de poitrine ou le pavillon externe de l’oreille…

Découvrir les différentes techniques de traitement du psoriasis en goutte

Il existe différents traitements envisageables pour mieux soigner le psoriasis en goutte.

De prime abord, le traitement local est une technique médicale qui consiste à appliquer des crèmes spéciales dans la zone du psoriasis. Vous pouvez également opter pour l’utilisation : de l’acide salicylique, les bains, l’exposition solaire, les goudrons, les hydratants de la peau. Ensuite, le traitement systémique est très recommandé lorsque le psoriasis en gouttes devient plus sévère. En effet, celui-ci est classé en 2 modèles bien distincts : les systémiques biologiques (par l’adalimumab, le brodalumab, l’efalizumab, l’etanercept, le guselkumab, l’infliximab, l’ixekizumab, le risankizumab, le secukinumab, l’ustekinumab, etc.) et les systémiques non biologiques (par le méthotrexate, le rétinoïde, l’apremilast, le XP-828L, etc.). Puis, la biothérapie consiste à fabriquer un anticorps, à base de cellules animales cultivées, dirigé pour éliminer le facteur responsable du développement dudit psoriasis. Aussi, la photothérapie réalisée par la lumière solaire ou la lumière UV ou aux ultraviolets UVA et UVB influe favorablement sur le psoriasis en gouttes. Pour être efficace, elle doit être réalisée par un dermatologue professionnel. En outre, les médicaments immunomodulateurs sont également à privilégier.