On peut écrire beaucoup de choses sur l’alimentation saine. Cet article s’adresse toutefois à tous ceux qui n’ont ni l’envie ni le temps de lire, mais qui souhaitent tout de même connaître en quelques mots les règles les plus importantes d’une alimentation saine. Il s’agit de règles qui ne demandent pas beaucoup d’efforts, ne coûtent généralement rien, peuvent être pratiquées pour presque toutes les conditions et peuvent conduire à des résultats étonnants avec un grand bien-être.

Alimentation saine – 25 règles – La mise en œuvre en vaut la peine !

Une alimentation saine porte ses fruits. Il vous fournit non seulement tous les nutriments dont vous avez besoin pour avoir assez d’énergie pour la journée, mais aussi une variété de substances vitales qui vous aident à rester en bonne santé ou – si vous êtes malade – à retrouver la santé.

Vous trouverez de nombreuses informations sur la manière dont une alimentation saine peut prévenir les maladies ou accélérer et favoriser la guérison en cas de maladie.

Pour ce faire, il suffit d’entrer “régime alimentaire sain” dans notre recherche ou également votre maladie personnelle. Vous recevrez immédiatement de nombreux conseils sur la façon dont une alimentation saine peut être utilisée pour améliorer les plaintes.

Et si vous voulez commencer à cuisiner tout de suite, vous êtes le bienvenu sur notre chaîne de cuisine, où notre chef Ben vous montrera combien il est facile et délicieux de cuisiner sainement.

Même des règles peu spectaculaires ont des effets fantastiques sur la santé

De nombreuses règles d’un régime alimentaire sain ne semblent pas du tout spectaculaires, vous n’y croyez peut-être pas beaucoup et vous ne les essayez donc pas. C’est dommage, car souvent, ce sont précisément ces règles – qui sont généralement aussi totalement gratuites – qui ont un effet fantastique sur la santé.

Prenons l’exemple de la règle numéro 3 d’une alimentation saine : mâchez soigneusement. Cette mesure est si efficace et a un tel effet de guérison, de désintoxication et de régénération de l’intestin que le médecin thermal Franz-Xaver Mayr (1875 – 1965) a mis au point sa cure F.-X.-Mayr, encore célèbre aujourd’hui, qui met notamment l’accent sur l’apprentissage de la mastication.

Parce que plus on mange lentement et plus on mâche soigneusement chaque bouchée,

Vous pouvez donc voir comment cette petite règle d’une alimentation saine peut avoir une influence extrêmement positive sur votre santé globale. C’est la même chose pour toutes les autres règles. Essayez-le !

Les règles d’une alimentation saine

Habituez-vous à l’alimentation saine et appliquez une règle après l’autre. Il est donc préférable de ne pas changer brusquement de régime alimentaire et de ne pas bouleverser complètement vos anciennes habitudes alimentaires. Votre organisme a besoin de temps pour s’adapter. Alors, procédez étape par étape ! Plus vous aurez de succès ! Amusez-vous bien avec !

1. ne mangez que lorsque vous avez faim

Une alimentation saine ne consiste pas seulement à savoir ce que vous mangez, mais aussi comment et quand vous mangez. Dans tous les cas, ne mangez que lorsque vous avez vraiment faim. Et arrêtez de manger quand vous êtes rassasié – ne continuez pas à manger parce que c’est si bon. Vous devez éviter à tout prix de trop manger. Il est préférable de ne préparer qu’une petite portion à l’avance.

Si une maladie aiguë (par exemple un rhume, une grippe, une infection gastro-intestinale, etc.) vous fait perdre l’appétit, jeûnez jusqu’à ce que vous retrouviez votre appétit. Vous ne mourrez pas de faim. Au contraire ! Votre corps a besoin de son énergie pour se rétablir et ne peut pas non plus s’occuper de la digestion. Écoutez votre corps !

Note du 15.4.2020 : Il ne s’agit pas d’un appel au jeûne en cas d’infection virale, comme on nous l’a reproché aujourd’hui. En effet, des études sur les souris (1) indiquent que si le jeûne peut être utilisé pour favoriser le processus de guérison dans les infections bactériennes, dans les infections virales, l’apport de glucose était important selon ces études sur les souris. Mais surtout si vous écoutez votre corps – et c’est le seul appel ici (Écoutez votre corps !) – il peut vous signaler de ne manger que certains aliments. Par exemple, vous n’avez qu’un appétit pour les fruits ou leurs jus, ce qui est souvent le cas avec les infections virales (rhume, grippe), mais aucune envie d’aliments riches en graisses ou en protéines. Or, ce sont précisément les fruits qui peuvent fournir les substances vitales nécessaires à la guérison, dont le glucose (dans un composé naturel), sans alourdir le système digestif.

2. prenez le temps de manger !

Mangez toujours lentement ! Si vous êtes pressé et en même temps très affamé, ne mangez que quelques bouchées, jamais un repas principal. Ce n’est que lorsque tous vos rendez-vous sont terminés que vous pouvez manger à votre guise.

Cette règle ne s’applique pas seulement à une alimentation saine composée d’aliments sains. Même si vous êtes sur la route et que vous n’avez rien trouvé de sain, mangez lentement et sans stress !

Mâchez bien vos aliments sains !

Mâchez soigneusement chaque bouchée – idéalement 30 à 40 fois – avant d’avaler. Nous avons mentionné les avantages ci-dessus dans l’introduction. Si vous vous y prenez bien, vous aurez encore au moins la moitié de votre assiette quand tout le monde aura fini de manger depuis longtemps.

4. éviter les desserts

Les sucreries après les repas entravent la digestion (souvent, cela s’applique également aux sucreries saines, comme les barres de fruits, les mousses au chocolat végétaliennes ou autres).

Les sucreries traditionnelles sont bien sûr également mauvaises pour la santé, d’autant plus qu’elles sont généralement composées de sucre, de glucides isolés et/ou de produits laitiers.

Prenez l’habitude d’attendre au moins une demi-heure après le repas avant de prendre un dessert. L’avantage est que vous perdez généralement votre envie de sucreries pendant cette période. Si vous voulez quand même manger votre dessert, il ne gênera pas autant la digestion du repas principal. De plus, la sensation de satiété s’est installée et vous ne mangez plus autant de dessert que vous auriez pu le faire immédiatement après le repas.

5. Petit-déjeuner – oui ou non ?

Ne vous forcez pas à prendre un petit-déjeuner le matin (voir règle 1 : ne mangez que lorsque vous avez faim). Si vous savez que vous n’aurez pas faim à 7 heures du matin, mais que vous aurez faim à 9 heures ou plus tard, lorsque vous êtes déjà sur la route, préparez un en-cas sain à la maison, que vous pourrez ensuite manger au petit-déjeuner à 9 heures ou lorsque la faim vous prendra. Vous éviterez ainsi les en-cas malsains à la cantine ou à la boulangerie.

6. manger le soir à 18 heures au plus tard

Si vous dînez après 18 heures, le fait de manger pendant la nuit met votre système digestif à rude épreuve. De plus, la force digestive est généralement faible tard dans la soirée ou même la nuit. Les aliments restent longtemps dans l’estomac et les intestins et détériorent la qualité du sommeil.

7. plusieurs petits repas ou quelques gros ?

Que vous préfériez manger plusieurs petits repas ou, mieux, seulement deux ou trois gros repas, dépend de vous, de vos préférences et de vos éventuelles plaintes. Si vous avez des problèmes de glycémie, faites plusieurs petits repas par jour. Les personnes en bonne santé peuvent toutefois aussi essayer le jeûne intermittent. Vous mangez deux gros repas par jour – et vous vous sentez rapidement en pleine forme. Pourquoi ne pas essayer ce rythme alimentaire ? Le rythme d’une alimentation saine. Or, fondamentalement, le fait de manger plusieurs petits repas par jour n’a aucun avantage pour la santé. Elle ne facilite pas non plus la perte de poids, comme nous l’avons déjà décrit ici : Plusieurs petits ou quelques gros repas

8. la bonne boisson dans une alimentation saine

Pour une alimentation saine et complète, il est préférable de ne choisir que l’eau comme boisson. Évitez toutes les boissons sucrées ou édulcorées avec des édulcorants, toutes les boissons gazeuses et énergisantes, les boissons lactées et les boissons contenant de l’alcool.

Les jus et les smoothies ne sont pas des boissons, mais des en-cas ou des apéritifs. N’achetez pas de jus de fruits et de smoothies, mais préparez-les toujours vous-même. Les jus de légumes peuvent être achetés en qualité biologique dans les supermarchés biologiques. Cependant, les jus frais que vous avez pressés vous-même sont meilleurs ici aussi.

En ce qui concerne l’eau, choisissez soit une bonne eau de source de votre région, soit votre eau du robinet filtrée. Nous utilisons nous-mêmes le IVY-Bio-Filter pour le traitement de l’eau potable et nous sommes heureux de le recommander à d’autres. Avec ce filtre à eau potable mobile, l’eau est purifiée et légèrement minéralisée. Elle devient légèrement alcaline et a un goût excellent – comme de l’eau de source fraîche.

De nombreuses personnes en surpoids perdent du poids en appliquant cette seule règle, surtout si elles consommaient auparavant des boissons sucrées. Les personnes qui se sentent malades constatent souvent une amélioration de leur état en remplaçant simplement toutes les autres boissons précédentes par de l’eau non gazeuse.

Les thés doivent être considérés comme un remède ou un complément alimentaire, et non comme une source de liquide. Les thés fournissent des antioxydants, des composés amers et de nombreuses autres substances curatives. On les choisit en fonction de la situation et du besoin du moment.

9. commencer la journée avec un verre d’eau

Si vous n’aimez pas les boissons froides le matin, buvez l’eau légèrement réchauffée ou sirotez-la chaude. Si vous avez besoin d’arômes, ajoutez un peu de jus de citron fraîchement pressé. Attendez au moins dix minutes avant de prendre votre petit-déjeuner. L’eau stimule la digestion et aide à éliminer rapidement les déchets qui se sont accumulés pendant la nuit.

10. Une alimentation saine se distingue par des aliments complets plutôt que par des aliments à valeur zéro.

Choisissez des aliments à base de céréales complètes ! Ainsi, le pain complet au lieu du pain blanc, les pâtes complètes au lieu des pâtes classiques, le riz brun au lieu du riz blanc, etc. Les aliments complets fournissent plus de vitamines, plus de minéraux, plus d’oligo-éléments et en même temps plus de fibres, ce qui a un effet très positif sur la santé intestinale et donc sur la santé générale.

11. éviter le blé et les produits à base de blé

Il est préférable d’utiliser des pâtes et des produits de boulangerie à base d’épeautre, de seigle, d’avoine, d’orge ou de céréales anciennes telles que l’épeautre et l’emmer. De nombreuses personnes réagissent au blé par des plaintes, mais les associent rarement au blé. Si le blé est supprimé, la santé s’améliore souvent :

12. faire le test du gluten

La situation est similaire avec le gluten, une protéine présente dans de nombreux types de céréales (blé, épeautre, seigle, avoine, orge, kamut, einkorn, emmer). De nombreuses personnes réagissent avec malaise non seulement au blé, mais aussi au gluten en général. Si l’on évite les aliments contenant du gluten dans ces cas, les choses s’améliorent souvent. Les céréales sans gluten sont le millet et le maïs. Les pseudo-céréales sans gluten sont le quinoa, l’amarante, le teff, le canihua et le sarrasin.

Faites le test du gluten, essayez-le une fois pendant 60 jours sans gluten et attendez de voir comment vous vous sentez. Cependant, les grains originaux – einkorn, emmer – sont souvent bien mieux tolérés que les grains “normaux” riches en gluten tels que le blé et l’épeautre. Vous testez ici votre sensibilité personnelle au gluten et laissez votre propre corps décider de ce qui est bon pour lui et de ce qui ne l’est pas.

13. le sucre dans une alimentation saine ? Non merci !

Le sucre et les produits sucrés (bonbons, yaourts aux fruits, puddings, gâteaux, etc.) n’ont évidemment pas leur place dans une alimentation saine. Ils contribuent énormément au mal-être et au développement des maladies.

Ceux qui réussissent le sevrage du sucre remarqueront combien il est bon de vivre sans sucre. Vous pouvez mieux vous concentrer, les plaintes chroniques s’atténuent, vous passez moins de temps chez le dentiste et vous êtes également beaucoup plus performant en sport.

Néanmoins, personne n’est obligé de renoncer aux sucreries, comme on le croit souvent. Il existe des plats sucrés sains très savoureux, des gâteaux sains et même du chocolat que vous pouvez préparer vous-même à partir d’ingrédients sains : Le chocolat vaut bien une tentation

14. manger des aliments crus et sains tous les jours

Les aliments crus sont les aliments avec lesquels l’humanité s’est développée depuis des millions d’années. Il fournit des nutriments non altérés et des substances vitales sous la forme que notre corps connaît le mieux.

Veillez donc à consommer une grande portion d’aliments crus dans au moins un repas par jour, que ce soit au petit-déjeuner (salade de fruits, smoothie, muesli à l’avoine et aux fruits), au goûter (bâtonnets de légumes, smoothie vert) ou au déjeuner (aliments vitaux, salades, germes, etc.).

N’oubliez pas : mangez toujours les aliments crus avant les aliments cuits, par exemple d’abord la salade, puis le repas principal. Le terme “salade” ne désigne pas seulement une salade de feuilles. On y trouve également du chou-rave, de la betterave, du radis, des carottes, du céleri, etc. râpés.

Tout le monde ne peut pas tolérer la nourriture crue le soir. Donc, si vous avez tendance à avoir un système digestif faible et/ou si vous n’êtes pas habitué aux aliments crus, consommez les aliments crus jusqu’à environ 14 heures et le soir, il est préférable de manger un plat de légumes à la vapeur. Et n’oubliez pas la règle numéro 3, surtout avec les aliments crus ! Mâchez bien !

15. Les légumes sont la base d’une alimentation saine.

Les légumes sont l’aliment de base d’une alimentation saine. L’ingrédient principal de vos repas est donc les légumes. En outre, il existe des légumes secs, du riz brun, des pâtes complètes, du couscous complet, du boulgour complet, de la polenta, du quinoa, du sarrasin, etc. et/ou du tofu/tempeh (sous forme de hamburger, de galette rôtie, de tranche frite, etc.) Il existe désormais aussi un délicieux tempeh fabriqué à partir de pois chiches.

En ce qui concerne les légumes et les fruits, achetez autant que possible des produits de saison et régionaux – et donnez toujours la préférence aux produits biologiques.

Les légumes peuvent être préparés crus ou légèrement cuits à la vapeur. Il faut éviter les fritures ou les méthodes de préparation avec beaucoup de graisse.

16. régime alimentaire sain : mieux vaut manger les fruits crus

Les fruits doivent être consommés crus, et non cuits. Les fruits crus ont un effet nettoyant – s’ils sont consommés seuls et à jeun. Si vous mangez des fruits en même temps que d’autres aliments, vous pouvez vous sentir mal et avoir des problèmes de digestion. Toutefois, ce n’est pas le fruit qui est en cause, mais la combinaison défavorable (voir également le point 24).

En effet, les fruits sont digérés plus rapidement que tout autre groupe alimentaire. Si vous les consommez en même temps que d’autres groupes d’aliments, ceux-ci inhibent le passage intestinal rapide du fruit. Les fruits restent donc dans le système digestif pendant une durée anormalement longue et commencent à y fermenter. Des flatulences, des douleurs abdominales et des crampes d’estomac peuvent en résulter.

Les personnes qui ne sont pas habituées aux fruits crus pensent souvent qu’elles peuvent les rendre plus digestes en les cuisant. Or, c’est souvent le contraire qui se produit. Pour de nombreuses personnes, les fruits cuits restent plus longtemps dans le système digestif et entraînent des flatulences, des brûlures d’estomac et des malaises, alors que ce n’est pas le cas des fruits crus frais (à condition qu’ils soient bien mâchés et mangés seuls !). Il laisse une sensation de légèreté. De même, les fruits frais crus sont considérés comme alcalins, les fruits cuits plutôt acidifiants.

Il n’y a pas vraiment de raison de cuire les fruits, car ils sont si bons crus que, contrairement à certains légumes, il n’est pas nécessaire de les cuire pour les rendre plus savoureux. Il n’est pas non plus nécessaire de les cuire – comme les haricots, par exemple – pour neutraliser certaines toxines qu’ils contiennent. Seuls les allergènes sont détruits dans une certaine mesure pendant la cuisson, mais ces substances ne dérangent pas du tout les personnes non allergiques. Et comme la cuisson réduit également la quantité des précieuses substances vitales contenues dans le fruit, la cuisson entraîne clairement une perte de qualité qui n’en vaut pas la peine.

17. La viande, le poisson, les œufs et les produits laitiers font rarement partie d’une alimentation saine.

La viande, en quantités raisonnables (deux portions par semaine), ne rend normalement pas malade. Mais la viande (et les produits qui en sont dérivés) ne fait pas partie d’un régime alimentaire sain. Un régime ne peut être qualifié de sain que s’il est bon non seulement pour les humains, mais aussi pour le reste du monde. Et un régime à base de viande n’est pas sain pour l’environnement ni pour les animaux correspondants. Pour eux, le choix des humains pour un régime à base de viande est non seulement malsain, mais aussi angoissant et finalement fatal.

Si vous voulez manger de la viande ou du poisson, vous ne devez pas le faire plus de deux fois par semaine et acheter la viande directement à la ferme biologique. De cette façon, on est suffisamment prévenant, si l’on veut utiliser ce mot en rapport avec la consommation de viande, pour épargner à l’animal le transport et le fonctionnement de l’abattoir.

La saucisse et les autres produits carnés transformés ne doivent pas être consommés. La plupart de ces produits contiennent de nombreux additifs tels que le sel de salaison nitrité et sont associés à un risque accru de maladie.

Compte tenu de la surpêche des océans, de la pollution par les métaux lourds et autres toxines environnementales ou des conditions de vie dans les élevages de masse des aquacultures conventionnelles, le poisson n’est plus guère une alternative.

Si l’on mange des œufs, alors uniquement des œufs biologiques ! Vous trouverez ici les différences entre la production d’œufs biologiques et conventionnels : Différences dans la production d’œufs. En outre, achetez des œufs biologiques, de préférence dans les supermarchés biologiques, issus de l’élevage biologique, Naturland ou Demeter. En revanche, le règlement communautaire sur l’agriculture biologique (œufs biologiques “normaux”) prévoit des conditions de vie moins agréables pour les poules.

Dans ce cas, par exemple, 230 poules pondeuses peuvent être élevées sur le même espace où, dans une ferme biologique, seules 140 poules sont élevées. Il n’existe pas de réglementation pour l’élevage des poulettes dans le secteur biologique “normal”, ni pour l’utilisation de médicaments vétérinaires. Une exploitation biologique, en revanche, respecte ici des règles et des spécifications strictes. De nombreux médicaments ne sont autorisés ici que dans une mesure limitée ou sont carrément interdits.

À notre avis, les produits laitiers ne sont pas des aliments pour adultes et entraînent très souvent des plaintes qui ne sont malheureusement pas associées aux produits laitiers. Il s’agit notamment d’infections respiratoires fréquentes, de raclements de gorge constants, d’une tendance aux allergies, de maux de tête chroniques et/ou de troubles digestifs, de problèmes de peau chroniques et, chez les enfants, d’amygdalites et d’infections de l’oreille moyenne constantes.

Au lieu du lait de vache, vous pouvez utiliser du lait de riz, d’avoine, d’amande ou – si vous le tolérez – du lait de soja. Vous trouverez d’autres suggestions ici : Substituts de lait à la place du lait

18 Si des en-cas, alors des en-cas sains

Choisissez des en-cas sains, de préférence faits maison, par exemple des chips de chou frisé, des chips, des smoothies verts, des shakes, des bâtonnets de légumes, des boules de noix, des mélanges de fruits secs, des fruits frais, des crackers complets avec de délicieux dips, etc.

Jetez un coup d’œil à notre section de recettes pour trouver de délicieuses idées, par exemple ici : En-cas sains ou visitez notre chaîne de cuisine sur Youtube.

19. quel sel au lieu du sel de table ?

Au lieu du sel de table, il est préférable d’utiliser du sel aux herbes, du sel de roche ou du sel de cristal. Il s’agit de sels naturels sans additifs. Utilisez le sel avec parcimonie, ce qui fonctionne bien avec l’utilisation du sel aux herbes, car une grande partie de celui-ci est composée d’herbes.

Il n’est pas recommandé de dépasser un total de 3 à 5 grammes de sel par jour. Tenez également compte de la teneur en sel des produits prêts à l’emploi, car ils sont très fortement salés ! Oui, jusqu’à 80 % de l’apport quotidien en sel provient des produits tout prêts. 50 grammes de salami, par exemple, contiennent déjà 1,5 gramme de sel. Un petit pain contient 2 grammes de sel pour 100 grammes.

20. Faites attention lorsque vous achetez des épices !

Lorsque vous achetez des mélanges d’épices, faites attention aux proportions éventuelles d’exhausteurs de goût (glutamate monosodique) et d’autres additifs indésirables. Il est préférable d’utiliser les mélanges d’épices du supermarché bio ou du commerce bio en ligne, d’utiliser des épices naturelles qui ont également un effet curatif, par exemple le gingembre, le curcuma, le cumin, la cannelle, le poivre moulu, la vanille, la cardamome, le curry, etc. ou de faire son propre mélange d’épices.

Choisissez ici aussi des produits biologiques, car ils ne sont pas contaminés par des résidus de pesticides et sont conservés plus délicatement.

21. Lorsque vous suivez un régime alimentaire sain : évitez les produits prêts à consommer.

Les produits convenience conventionnels contiennent souvent des additifs inutiles et nocifs. Par conséquent, achetez toujours des produits prêts à l’emploi chez le producteur/fabricant, par exemple du pain chez le boulanger bio (pas au supermarché), des produits laitiers et des produits carnés à la ferme, des produits laitiers également au supermarché bio.

Achetez également des hamburgers végétariens, des produits à base de tofu, des soupes instantanées, etc. dans les supermarchés biologiques – ou choisissez les produits des supermarchés conventionnels qui ne contiennent pas d’additifs et d’ingrédients douteux ou inutiles, c’est-à-dire sans exhausteurs de goût, sans sucre, sans édulcorants, sans conservateurs, sans colorants, sans émulsifiants, etc.

Il est également préférable d’acheter du vinaigre, de la moutarde, du ketchup et d’autres produits prêts à l’emploi similaires uniquement dans les supermarchés bio ou les magasins bio en ligne, car les produits y sont proposés dans une qualité aussi naturelle que possible, des matières premières de haute qualité sont utilisées et, de plus, aucun additif alimentaire superflu n’est employé. L’idéal est d’éviter autant que possible les produits finis ou, mieux encore, d’essayer de fabriquer soi-même les produits correspondants, par ex.

De nombreuses autres recettes de plats que vous achetez normalement tout prêts peuvent également être trouvées ici en version végétalienne : Changement de régime végétalien

22. manger de préférence des aliments pauvres en graisses

La quantité de graisses consommée quotidiennement peut représenter 10 à 30 % du total des calories. Ainsi, si vous mangez 2400 kcal par jour, vous pouvez consommer entre 240 et 720 kcal sous forme de graisse, 10 grammes de graisse pure (huiles végétales, beurre) apportant 75 à 90 kcal.

Dans tous les cas, choisissez des graisses et des huiles saines, de qualité biologique, produites en douceur (vierge extra) et veillez à un rapport équilibré entre les graisses saturées, monoinsaturées et polyinsaturées (oméga-3 et oméga-6), en veillant également à un bon rapport d’environ 5 pour 1 (oméga-6/oméga-3) pour ces dernières. Vous trouverez ici des explications et des détails sur la manière de couvrir les besoins en oméga-3 : Couvrir les besoins en oméga-3 des végétariens

En pratique, cela ressemble à ceci :

Si vous souhaitez suivre un régime cétogène, cette règle ne s’applique évidemment pas à vous, car le régime cétogène est naturellement riche en graisses. Par conséquent, des règles différentes s’appliquent dans certains endroits pour le régime cétogène.

23. manger plus d’herbes sauvages et d’amers

Si vous souhaitez avoir une alimentation particulièrement saine, intégrez des plantes sauvages à votre régime alimentaire. La prochaine fois que vous vous promenez ou que vous désherbez le jardin, ramassez simplement le pissenlit, le plantain, le mélilot, l’herbe à goutte, etc., puis hachez-les et ajoutez-les à votre salade ou à votre smoothie.

Les plantes sauvages sont bien supérieures aux légumes cultivés en termes de substances vitales et de teneur en protéines. Ils fournissent également beaucoup d’antioxydants et d’autres substances en grande quantité qui peuvent très bien protéger contre les maladies, soutenir la propre détoxification du corps et réduire le stress oxydatif.

L’une des raisons pour lesquelles les plantes sauvages sont si saines est qu’elles contiennent encore des substances amères naturelles qui ont depuis longtemps été éliminées des légumes cultivés. L’endive, la chicorée et le chou frisé n’ont plus de goût amer depuis longtemps. Il y a quelques décennies, cependant, ils l’ont fait. Les substances amères, en particulier, protègent le système digestif et améliorent les fonctions hépatiques et biliaires – et préviennent ainsi de nombreuses maladies.

En outre, les substances amères favorisent la formation de substances alcalines par l’organisme, réduisent l’envie de sucreries et contribuent à régénérer le foie, la vésicule biliaire et l’ensemble du système digestif. Il est préférable de consommer quotidiennement des substances amères, que ce soit sous la forme d’herbes sauvages, de plantes aromatiques, d’épices, de thés ou également sous la forme de compléments alimentaires spéciaux contenant des substances amères.

24. Règles de combinaison d’une alimentation saine

Si vous avez des problèmes de digestion après les repas ou même si vous souffrez de maladies chroniques, vous devez soulager votre corps dans la mesure du possible. Dans ce cas, faites attention à une certaine combinaison d’aliments dans la composition de vos repas et observez si vous vous sentez mieux avec elle.

25. Essais régionaux et saisonniers

Si possible, achetez toujours des produits locaux et de saison. L’idéal est de rechercher un magasin agricole près de chez vous, où les produits de l’agriculteur concerné sont vendus à la ferme. Les boîtes d’abonnement sont également un bon moyen de soutenir les producteurs régionaux et de se procurer des aliments de saison. Vous obtenez ainsi des aliments aussi frais que possible, qui ont souvent été récoltés le matin et se retrouvent dans votre assiette à l’heure du déjeuner.

De cette manière, la perte de nutriments et de substances vitales est minimale. En outre, il s’agit de la manière la plus écologique de faire ses courses et de manger. En effet, les aliments régionaux et saisonniers ne nécessitent pas de longs trajets de transport, de serres gourmandes en énergie et pratiquement pas d’entrepôts.

Vous pouvez aussi souvent vous procurer des aliments provenant de producteurs régionaux dans votre magasin d’alimentation biologique ou votre supermarché biologique local. Il est préférable de demander dans le magasin !

Une nourriture saine, mais végétalienne !

Puisque – comme vous l’avez vu ci-dessus – nous préconisons un régime végétalien, vous trouverez de plus amples informations dans le lien suivant, qui vous montrera qu’un régime végétalien n’est en aucun cas – comme on le prétend souvent – associé à des carences en nutriments, mais qu’il s’agit d’un régime très sain, voire d’un des régimes les plus sains qui soient ! Les règles d’un régime végétalien sain se trouvent ici : Règles pour un régime végétalien sain.

Conseils nutritionnels pour une alimentation saine

Si vous vous sentez dépassé par le passage à une alimentation saine et que vous préférez consulter un nutritionniste, nous vous recommandons une consultation nutritionnelle avec un nutritionniste holistique. Il ou elle peut travailler avec vous pour trouver le régime qui vous convient le mieux et établir un plan de régime individuel.

Votre nutritionniste répondra à vos besoins, à votre état de santé et, bien sûr, à vos objectifs et souhaits et vous accompagnera pendant votre changement de régime ou jusqu’à ce que vous atteigniez vos objectifs. Outre un changement de régime alimentaire, ces objectifs peuvent également consister à atteindre un certain poids corporel ou à améliorer votre état de santé.

Si vous le souhaitez, votre coach nutritionnel vous accompagnera également lorsque vous ferez vos courses, car il n’est pas toujours facile de distinguer les aliments de qualité des produits moins recommandables. Nous avons expliqué comment trouver le bon coach nutritionnel pour vous ici : Trouver le bon coach nutritionnel

Bienvenue sur notre chaîne de cuisine Youtube. Vous y trouverez de nombreuses recettes délicieuses, toutes très saines, végétaliennes et alcalines, dont beaucoup sont également alcalines. Notre chef Ben vous montre comment vous pouvez facilement cuisiner des aliments sains et délicieux à la fois.